Agents hypnotiques et analgésiques utilisés en anesthésie générale

Agents hypnotiques et analgésiques utilisés en anesthésie générale

Généralement, le protoxyde d’azote est utilisé par inhalation grâce à un masque anesthésique comme agent hypnotique puissant servant à endormir. En effet, cette substance se comporte à la manière d’un neurotransmetteur inhibiteur du centre d’éveil chez l’homme. Elle active alors le centre de sommeil. Cela favorise le soulagement et l’ignorance des détails de l’intervention par le patient ainsi que l’immobilisation de ce dernier pour la précision des mouvements du chirurgien. Ces derniers peuvent se révéler traumatisants. Le protoxyde d’azote a un effet rapide et s’élimine très facilement par l’organisme. Son utilisation est couplée à celle du curare pour l’efficacité de l’anesthésie.

Le curare est une substance analgésique puissante administrée (par injection) lors d’une anesthésie générale. En effet, il se fixe sur les récepteurs nicotiniques sensibles normalement à l’acétylcholine. Cette sensibilité conditionne naturellement la transmission du message dans la fente synaptique. La fixation du curare sur les récepteurs nicotiniques entraîne l’interruption de la
transmission du message. Par conséquent, il s’observe une suspension provisoire de la sensibilité à la douleur et une disparition de toute réponse (contraction) musculaire. L’absence de contraction renforce l’immobilité du patient durant l’opération. Pour son effet relaxant, le curare sera également injecté à dose conséquente pour le relâchement du larynx afin de favoriser la réussite de l’intubation.

Il survient cependant des cas où le patient présente une allergie avérée aux curares. D’autres alternatives à l’instar de l’anesthésie coloscopie seront prises par le spécialiste en raison des données cliniques dont il dispose. Il ressort alors que l’anesthésiste est un maillon indispensable en ce qui concerne le processus conduisant à une intervention chirurgicale.